online casino

Warning: session_start(): Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/index.php:1) in /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: session_start(): Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/index.php:1) in /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/index.php:1) in /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/libraries/joomla/session/session.php on line 426

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/index.php:1) in /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/plugins/system/jfrouter.php on line 315

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/index.php:1) in /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/plugins/system/jfrouter.php on line 316

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/index.php:1) in /home/nrgcmeu1/public_html/filmunio.eu/plugins/system/jfrouter.php on line 317
Le cheval de Turin (Télérama) xpornplease.com pornjk.com porncuze.com
Magyar
BETA MNF / Magyar Filmunió - Budapest 1365 Pf. 748. - Hungary - Phone: +36 1 461 1320
filmunio
fb-fu rss

Le cheval de Turin (Télérama)

E-mail Print

Par Jacques Morice

A Turin, en 1889, Nietzsche enlaça un cheval d'attelage épuisé puis perdit la raison. Quelque part, dans la campagne : un fermier, sa fille, une charrette et le vieux cheval. Dehors le vent se lève.

L'ouverture est impressionnante. C'est une sorte de course sur une plaine désolée, face au vent qui rend fou. La caméra devance un fiacre lancé à vive allure, se rapproche du cocher, puis du cheval, se fait dépasser, se maintient dans leur sillage. Ce mouvement ondoyant, tout en arabesques, évoque une lutte de baigneurs en perdition dans une mer en furie.
Après L'Homme de Londres, film portuaire adapté de Simenon, Béla Tarr revient sur ses terres de prédilection : la campagne grise où vivent des gens de peu. Une voix off annonce qu'on est en 1889 et qu'à Turin le philosophe Friedrich Nietzsche vient de perdre la raison, dans la rue, juste après avoir enlacé un vieux cheval d'attelage cruellement rossé. Le cheval du film, lui, est normalement traité, mais il paraît aussi fatigué. Or, sans lui, le fermier et sa fille ne sont plus rien. Ils vivent seuls, dans une ferme isolée, au fond d'un vallon, où les visites sont rares. Lui, grand bonhomme maigre, barbe de prophète, oeil gauche en demi-lune, est cocher. Elle s'occupe de l'écurie, de faire à manger - toujours le même menu : une grosse pomme de terre fumante chacun, qu'ils épluchent à la main avant de l'engloutir en se brûlant les doigts et le gosier.

Peu de paroles, des gestes du quotidien. Répétés inlassablement durant six jours. Le coucher de l'homme, que sa fille déshabille parce qu'il a un bras paralysé, le lever avec deux verres de schnaps, l'eau du puits à aller chercher. Cela pourrait être ennuyeux s'il n'y avait à chaque fois un détail différent. Chaque jour, des signes avant-coureurs d'un événement indéchiffrable. Le cheval est le premier à le sentir. Un jour, il refuse d'avancer. Le vieux le fouette, fouette encore, rien n'y fait. La fille rentre le cheval dans l'écurie, referme la porte en nous laissant à l'intérieur. Pénombre, silence, on entend le souffle du cheval. On est avec lui. Mieux encore : on est le cheval. C'est le plus beau plan du film.

Le vent qui persiste, les fermiers bloqués chez eux, le puits qui s'est vidé sans explication. Une tension monte, renforcée par une musique lancinante (orgue et violoncelle) qui resurgit, de manière intermittente, comme une vieille douleur. Il y a menace, mais le couple n'exprime pas vraiment de peur. Comme s'il continuait à croire envers et contre tout à un jour meilleur. Alors que se joue l'extinction pure et simple du monde.

http://www.telerama.fr/cinema/films/le-cheval-de-turin,430890.php

 

https://www.live345.com/ https://www.euwinsg.com/ http://m777.co/ http://7slots.net/ http://slots33play.com/ https://7splay.com/ http://www.casinojr.net/